Pirogue de Shin-chi (La) [nouvelle édition]
Pirogue de Shin-chi (La) [nouvelle édition]
Campbell, Nicola I.  
LaFave, Kim (Illustré par) 
Lavoie, Diane (Traduit par) 
  • Éditeur : Plaines (Des)
  • Collection : Premières Nations
  • EAN : 9782896118076
  • Format : Broché
  • Pages : 40
  • Prix : 12,95 $
  • Paru le 17 juin 2019

« Au bout du couloir, dans l’aile des petits garçons, Shin-chi était allongé dans son lit mais ne dormait pas. Il tenait précieusement sa petite pirogue dans la main. L’odeur parfumée du cèdre lui rappelait celle de son père. »

Quand les Européens sont arrivés en Amérique, ils ont estimé que les Autochtones étaient des peuples non civilisés. Ils les ont chassés de leurs terres traditionnelles et les ont relégués dans des réserves. À la fin des années 1800, les gouvernements ont décidé de coloniser les enfants autochtones, de les forcer à s’adapter au mode de vie européen. Au Canada et aux États-Unis (mais également en Australie et en Nouvelle-Zélande), des lois furent adoptées obligeant les jeunes Autochtones à être éduqués dans des pensionnats autochtones.

Dans ces établissements, les enfants apprenaient la culture, la religion et la langue des Européens. On leur donnait un nom européen. On leur enseignait le jardinage, l’agriculture et la menuiserie. On leur interdisait de parler à leurs parents ou à leurs frères et sœurs. Ils n’avaient pas non plus le droit de parler leur langue ni de pratiquer leurs coutumes. Certains enfants n’ont pu retourner chez eux qu’après de nombreuses années passées au pensionnat. D’autres n’y sont jamais retournés. Le Canada a compté environ 130 pensionnats indiens, et quelque 80 000 personnes vivant encore aujourd’hui y ont séjourné.




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.