Dépôt des armes (Le)
Dépôt des armes (Le)
Non-violence et désobéissance civile
Bentouhami-Molino, Hourya  
  • Éditeur : Presses Universitaires France
  • Collection : Pratiques théoriques
  • EAN : 9782130628149
  • Code Dimedia : B0006452
  • Format : Broché
  • Thème(s) : DIVERS, SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Armes, Philosophie
  • Pages : 240
  • Prix : 47,95 $
  • Paru le 13 octobre 2015
  • Plus d'informations...
EAN: 9782130628149

La non-violence et la désobéissance civile abordées sous l’angle des minorités.

Étudier la non-violence et la désobéissance civile à partir d’une approche genrée et postcoloniale des résistances permet de mettre en évidence ce qui, dans les antagonismes politiques, relève des inégalités en termes de sexe, de classe et de race. En ce sens, l’engagement tel qu’il se trouve ici redéfini ne relève pas d’une posture purement morale, consistant à s’engager pour « la cause de l’Autre », mais d’une résistance de ces corps qui sont toujours, inévitablement, déjà engagés, car sans cesse interpellés pour rendre raison de leur être dans les termes mêmes du pouvoir qui meurtrit leur chair.

AUTEUR(S)

Hourya Bentouhami est maître de conférences en philosophie à l’université de Toulouse-Jean Jaurès. Ses travaux portent sur le renouvellement de la théorie critique à partir des études féministes et postcoloniales. Elle est l’auteur de Race, cultures, identités (Puf, 2015).

Table des matières

Introduction

Première partie – Des citoyens sans cité ?
1 – L’OBJECTION DE CONSCIENCE OU LE « MONOLOGUE DES RAISONS »
Antigone, la matrice de la désobéissance aux lois
Les procès de Socrate : l’apologie de Socrate et le Criton
« il vaut mieux souffrir une injustice que d’en commettre une »
2 – SANS FOI NI LOI
La politique est-elle affaire de morale ?
La honte de soi : à la charnière entre objection de conscience et désobéissance civile
3 – DU « PEUPLE » A LA « MINORITÉ » ?
Incivilités et institutions (machiavel)
La résistance a l’oppression
La résistance au châtiment dans les limites du droit de glaive (Hobbes)
La crainte de l’esclavage, la résistance civile et « l’appel au ciel » (Locke)
L’indignation et le « minimum incompressible » (Spinoza)
Principe de majorité et principe de minorité

Deuxième partie – « Raison de cité »
4 – LA PAROLE SAUVAGE : LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE DANS LES LIMITES DES CONCEPTIONS DÉLIBERATIVES DE LA DÉMOCRATIE
Des espaces publics subalternes ou plébéiens : les notions de publicité et de rationalité face aux rapports de
classe, de genre et de race
Les subalternes peuvent-elles désobéir ?
5 – DIVISION SEXUÉE OU GENRÉE DE LA VIOLENCE ?
Le sexe de la justice
Le genre du patriotisme guerrier
6 – FAIRE BARRAGE DE SON CORPS : LE CAS DES SUFFRAGETTES
Du corps hystérique au corps-outil
La grève de la faim ou l’impossible digestion
7 – LA NON-VIOLENCE COMME CRITIQUE
Corps subalternes, politiques androgynes
La non-violence comme déni de violence
Troisième partie – L’extrême violence et la désobéissance civile
8 – SABOTAGE ET DÉSOBÉISSANCE CIVILE
Lutter sans armes
Le sabotage : entre tactique et stratégie
9 – DE LA GUERRE A LA DISPARITION : UNE NOUVELLE ÉCONOMIE DE LA VIOLENCE
Le « télémeurtre » et l’impossible critique de la violence ?
Repenser l’imagination
Conclusion




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.